Antoine Peillon Journal "La Croix" du 21 septembre 2018.

Sur la Côte d'Opale, l'ONF et le Conservatoire du littoral fondent une alliance afin de prévenir les effets dévastateurs du changement climatique.

Merlimont (Pas-de-Calais) De notre envoyé spécial

Le risque est majeur. Mais il n'est encore connu que d'un petit nombre d'experts. Nom de code : « Trait de côte ». Définition un peu technique : il s'agit de « l'intersection de la terre et de la mer dans le cas d'une marée haute astronomique de coefficient 120 et dans des conditions météorologiques normales ». Pour le dire plus simplement, c'est le niveau le plus haut de la mer sur un rivage.

Or, sur une part importante du littoral français, rien ne va plus sur le front du trait de côte. Ici, en Côte d'Opale, sur les plages et les dunes de Berck ou de Merlimont, son recul est de l'ordre des 40 m, surtout depuis la fin des années 1970. Plus largement, en mars 2015, le climatologue Jean Jouzel remettait le cinquième volume de son rapport Le Climat en France au XXIe siècle au ministère du développement durable. Cette expertise collective (1) sonnait clairement l'alarme : sous l'effet du changement climatique, à l'échelle mondiale, le niveau de la mer a déjà augmenté en moyenne de 18,7 cm entre 1901 et 2011, mais le rythme s'est accéléré sur les vingt dernières années : + 6,7 cm, entre 1993 et 2014. En France métropolitaine, la hausse constatée est proche de cette moyenne.

 

Tout sur l'enquête publique de 2017, y compris nos réserves :

20170819 Lettre N°46 Conclusions motivées Enquête PPR

 

Lire également les documents proposés en préparation de l'enquête publique :

20170420_Plan de Protection des Risques Littoraux_Enquête publique

 

__________________________________________________________________________________________________

Le "porter à connaissance" concernant les zones soumises à aléa, sur lequel doivent dès maintenant s'appliquer les gestionnaires de l'urbanisme

 

La présentation faite par la DDTM le 28 juin 2016

le compte-rendu de la réunion de présentation, communiqué par la Préfecture :

Plusieurs remarques :

Ci-dessous les lettres que l'administration dit ne pas avoir reçues...

 

(Le document sera ouvert avec votre logiciel de messagerie)

Cliquez ici pour accéder directement au site de la DDTM, contenant tous documents mis à disposition du public.

Vous pouvez y enregistrer vos questions ou préoccupations...

 

Un processus dit 'de concertation" a précédé l'enquête publique...Une communication moderne et efficace, même si on n'est pas toujours d'accord sur le contenu...

Pour prendre connaissance du contenu de notre lettre N° 41, précisant notre position concernant les remarques du Commissaire enquêteur en fin de l'enquête publique.

CLIQUEZ ICI