Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Au-delà des tempêtes qui secouent régulièrement l’espace marin entre le Kent et les Hauts de France, ce sont surtout les incidences politiques, sociales et économiques qui ont terni l’image de fluidité de circulation entre le Royaume-Uni et l’Europe. En effet, en regardant le passé récent, on y dévoile une vaste litanie de conflits, de blocages, d’images détestables ayant laissé des traces dans l’esprit de ceux qui sont amenés à utiliser le détroit de façon épisodique ou régulière. Les médias britanniques ont largement profité de l’aubaine pour s’offusquer souvent de manière dramatique et, quelquefois, il est vrai, illégitime, des difficultés de cette liaison.
S’il y a bien une communauté humaine qui a particulièrement pâti de ce ‘’bashing’’, c’est la ville de Calais dont le nom a été l’endroit de toutes les avanies. Et pourtant, il faut reconnaître la résilience des habitants de la ville qui ont globalement conservé une certaine bienveillance vis-à-vis des migrants d’une part et préserver une attitude d’accueil et d’ouverture auprès de leurs voisins du Kent.
D’autres, sans doute, auraient fait le gros dos, mais, Natacha Bouchart, la Maire de Calais s’est résolument engagée dans une mission d’ouverture vers les voisins en s’y rendant à plusieurs reprises et en accueillant les habitants du Kent à découvrir les faces cachées de cette ville qui mérite tellement mieux.
En effet, Calais ne manque pas d’atouts : à 58 minutes du centre de Londres, Calais offre des perspectives inouïes d’un foncier à des prix spectaculairement plus compétitifs que ceux pratiqués outre-manche. Cela, néanmoins, passe par une reconnaissance de son image, mais aussi par la mise en place d’un moyen de transport que Madame Bouchart supporte également à savoir : le Métro Transmanche.
Peut-être à cause de ces difficultés inhérentes, ce qui dénote, ici à Calais, c’est l’aptitude des Calaisiens de promouvoir leur potentiel de façon collective. À ce titre, il est intéressant de noter que Calais est un centre de distribution de vins et d’alcools, tout à fait unique en Europe, voire dans le monde. Pour défendre cette originalité, les cinq plus gros acteurs de la distribution Calaisienne : Auchan, Calais Vins, Carrefour, Pidou et Terre de Boissons déploient, de concert, une communication institutionnelle collective et mutualisée à fin de promouvoir Calais comme la localisation ‘’ad hoc’’ pour découvrir, choisir et négocier ses approvisionnements en vins.
Mais, au-delà des agapes, ce qui rend Calais particulier aux yeux de nos voisins britanniques, c’est l’accord tout à fait distinctif qui a été signé entre le NHS (la sécurité sociale britannique) et l’hôpital de Calais. Cet accord permet à tout citoyen britannique de venir se faire soigner à Calais avec une prise en charge totale du NHS. Pour les Britanniques, cela offre une perspective de soins beaucoup plus rapides que ce que ne permettent les hôpitaux britanniques surchargés et pour l’hôpital de Calais c’est une diversification qui permet de mieux équilibrer les coûts d’un hôpital récent, construit aux dimensions des besoins des 20 prochaines années.
Mal connues, mal perçues, quelquefois maltraitées, cette ville et sa population méritent très certainement un regard plus subtil et clairvoyant.