•  Piétinement des dunes.

Brigitte COUHE a rencontré MM Vincent BASTIEN et Eric DESAUNOIS, Grand Site de France, pour mettre en place des panneaux de signalisations. Les propositions ont été transmises à Laurence PROUVOT, qui souhaite revoir les panneaux avec des pictogrammes. Pour information, une proposition de panneau avait été faite dans le cadre de l’étude de stratégie dunaire (étude ARTELIA). Le type de panneau avait été validé par le COPIL avec des échanges avec les gestionnaires en préalable) pour qu’ils soient compréhensibles en toute langues. A défaut, il faut envisager une traduction en Anglais et Néerlandais. Une nouvelle réunion doit avoir lieu en janvier 2024, afin que les panneaux puissent être disposés avant les vacances de Pâques.

Daniel DELCLOY souhaite être consulté, ou pouvoir émettre un avis, sur le positionnement des panneaux face à la dune d’Aval.

  • Eaux de baignade.

Alain TOULEMONDE attire l’attention sur le déversement d’eaux usées à proximité de la descente à bateaux. Laurence PROUVOT précise que suite aux derniers relevés de l’ARS sur la qualité des eaux de baignade, les eaux ont été déclassées d’un point sur l’aspect microbien. La CCT2C va faire procéder à un contrôle des assainissements le long de l’Herlen, en particulier sur les chalets en bord d’estran. Par ailleurs, concernant ces chalets, un arrêté municipal va être pris pour en interdire l’usage la nuit, eu égard au risque de submersion.

  • Résultats des relevés de terrain et évolution du niveau de l'estran.

Olivier CAILLAUD confirme que les suivis sont réalisés 2 fois par an (printemps et automne) par le Maître d’Ouvrage PMCO, en coordination avec la CCT2C, selon la méthodologie appliquée antérieurement par la DDTM tout en l’améliorant avec des critères de suivis horizontaux et verticaux.

Un contrat a été passé avec GEODUNES.

Ces relevés intègrent en plus le suivi du pied de dune et la largeur de plage. Le dernier relevé d’octobre 2023, livré le 27 novembre 2023, a été communiqué avant la réunion. Celui-ci montre, notamment, que le trait de côte, face à la Dune D’Aval, reste en avant de celui d’avril 2022, grâce au rechargement d’avril 2023 (3.000m3), soit une avancée de 1.85m entre septembre 2022 et septembre 2023. Sur cette même période, le trait de côte de la Dune d’Amont a reculé de 5 mètres.

Le calcul des volumes perdus n’est pas fait dans ces relevés, car, selon Olivier CAILLAUD, trop imprécis. Une attention particulière est portée par Olivier CAILLAUD sur les profils P460 à 490, en face du perré.

Daniel DELCLOY confirme que selon ses mesures faites depuis 12.2014, sur les pieux devant la Dune d’Aval, le niveau de l’estran est resté sensiblement stable au droit de ses propres relevés.

Le Réseau d’Observation du Littoral de son côté fait un suivi général par LIDAR tous les 3 ans. De nouvelles mesures ont eu lieu à l’automne 2023. Elles doivent permettre de calculer le budget sédimentaire (volumes perdus ou gagnés). Grâce à une nouvelle technologie, elles permettent également le suivi du niveau des fonds marins le long de l’estran jusqu’à un niveau de moins 5 mètres sous l’eau. De ce fait, le suivi du Banc à la Ligne et des Bas Fonds peut être fait, sans avoir recours à des études bathymétriques (coût unitaire de l’ordre de 90.000€) .

La livraison de ces relevés est prévue en mars-avril 2024.

Alain TOULEMONDE propose de sectoriser la Baie de Wissant en 13 zones selon le découpage des relevés GEODUNES. Il remet aux membres sa proposition. Ceci afin d’éviter les amalgames, en particulier entre la situation entre Tardinghen et Wissant, où la situation est totalement différente quant au recul du Trait de côte. Olivier CAILLAUD indique qu’il vaut mieux conserver une analyse à partir des secteurs morpho-sédimentaires.

Guillaume CAFFIER précise à cet effet que l’étude CEREMA (cf ci-après) prend en compte une sectorisation de la Baie, en fonction des enjeux, et non pas de façon géophysique tel que GEODUNES l’a fait.

Olivier CAILLAUD précise également être en contact avec l’Université du Littoral de la Côte d’Opale pour une thèse sur le Banc à la Ligne, dans les années à venir.

  • Situation des AOT pour les rechargements du haut-estran.

 (cf précédent CR)

Les études pour les Autorisations d’Occupation du Territoire (AOT) sont englobées dans celles, des travaux de défenses (cf ci-après)

La DDTM a donné son accord de principe pour la délivrance des AOT ponctuels, en cas de besoin, pour une situation d’urgence, nécessitée en particulier par des conditions climatiques lors de cette saison 2023-2024 en attendant une AOT qui sera finalisée en 2024.

  • Sable de dragage des bassins des ports de Calais et Boulogne.

 (cf précédent CR)

Olivier CAILLAUD précise qu’il n’y a pas de rapport d’établi en tant que tel. Il s’agit d’une présentation qui a été faite au PMCO et déjà présentée aux associations

Les informations fournies lors de la précédente réunion reflètent la situation.

  • Mise en place de solutions pour les dispositifs de protection du trait de côte

 (cf précédent CR)

Olivier CAILLAUD précise que PMCO est maître d’ouvrage de la réalisation des dossiers d’AOT et réglementaires pour le compte des 4 EPCI membre de son service afin de permettre plus facilement la mise en œuvre des méthodes de défenses du trait de côte et procéder aux études d’impacts imposées par la réglementation. L’AOT pour la baie de Wissant est envisagée pour une durée de 8 ans.

WISSANT a été passé en 1ère phase d’élaboration d’une AOT, sur le principe de solutions à base de pieux, sable, filets, ganivelles… La demande de devis est en cours et l’étude d’impact démarrera début 2024. Les travaux sur les enrochements du perré Sud feront également l’objet d’un dossier réglementaire. La livraison "étude de la partie perré Sud" est prévue au printemps 2024 et celle des travaux face à la Dune D’Aval à l’hiver 2024-2025.

Daniel DELCLOY informe que des études ont été menées récemment par une scientifique, Madame Agnès MOREL, afin de diminuer l’énergie de la houle, sur les côtes.

Daniel DELCLOY précise également que l’association de la Dune d’Aval souhaite faire examiner par des scientifiques le projet de défense qu’il a proposé sous forme de maquette, afin de pouvoir le faire chiffrer par des entreprises.

  • "Projet de territoire concerté" du CEREMA.

Le projet a encore pris du retard supplémentaire.

Les nouvelles cartes prévues pour septembre 2023 n’ont toujours pas été livrées.

Lors du dernier COPIL il a été acté que l’impact du Banc à La Ligne ne serait pas pris en compte de façon spécifique, du fait de l’insuffisance de données fiables. Toutefois, l’impact historique du Banc dans l’érosion de la baie est repris dans les projections futures.

Une recherche de financement de la phase concertation/communication est toujours en cours auprès de la Banque Des Territoires.

  • Entretien du perré/digue.

Laurence PROUVOT souhaite toujours le transfert du perré à la CCT2C, en tant qu’ouvrage de défense à la mer. La CCT2C n’est pas d’accord. (cf ci-après recommandations de la Cour Régionale des Comptes)

Laurence PROUVOT ne peut diffuser les plans des ouvrages exécutés de la reconstruction du perré, compte tenu du contentieux en cours avec BOUYGUES.

Elle confirme que l’entretien est assuré par le personnel de la Commune.

Contrairement aux informations récemment diffusées par Thibaut SEGARD (maire de Tardinghen), il est confirmé par Olivier CAILLAUD que les palplanches mises en œuvre en phase provisoire pendant les travaux ont été enlevées avant la réalisation du pavage de la promenade. Le drainage des eaux collinaires est ainsi assuré par infiltration.

Olivier CAILLAUD précise également que la stabilité du perré, quant à elle, a été prévue par les constructeurs avec un niveau d’estran à la base de l’enrochement à la Côte Marine CM 3.00. Celle-ci est actuellement à 5.50. Il y a donc encore une réserve de stabilité de 2.50 mètres.

  • Liste officielle des communes dont l'action en matière d'urbanisme et la politique d'aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydro sédimentaires entraînant l'érosion du littoral :

 Wissant n’est toujours pas inscrit, Laurence PROUVOT attend, comme les autres communes du Littoral, plus de visibilité sur les conséquences de cette inscription. Ce point a été évoqué lors du dernier congrès de l’ANEL. Le Comité National du Trait de Côte créé en mars 2023 devrait rendre ses travaux au printemps 2024.

  • Dispositif Coast Snap.

Ce dispositif qui vise à sensibiliser les citoyens à l'érosion côtière, tout en les impliquant est proposé par Adrien Cartier/Géodunes. Olivier CAILLAUD est favorable sur le principe à ce suivi déjà mis en place sur 2 autres sites avec la CUD (Zuydcoote et Digue des Alliés). Ce point pourrait être examiné avec le Grand Site.

  • Rapports Chambre Régionale des Comptes CCT2C et Wissant.

Selon Laurence PROUVOT, le rapport concernant Wissant indique une bonne gestion. Il recommande la nécessité de procéder à un transfert du perré et du réseau d’assainissement à la CCT2C avant fin 2023. Une réunion est prévue avec les avocats pour examiner ce transfert, sur les contours de ce transfert, notamment entre enrochements, mur chasse-vagues, qui sont des ouvrages de protection à la mer, et digue promenade.

Quant au rapport CCT2C, il est attiré en sus notamment l’attention sur la nécessité de définir d’une part les contours de la GEMAPI, d’autre part une stratégie pour la gestion du Trait de Côte. Ce travail sera réalisé, avec les élus de la CCT2C courant 2024. Selon Laurence PROUVOT, un Plan Communal de Sauvegarde est en cours et le rapport CEREMA devrait aider à définir cette stratégie.

  • Aménagement du front de Mer.

A l’extrémité SUD, les travaux sont en voie d’achèvement.

A l’extrémité Nord, la base nautique est sur un terrain privé communal. Il y a un projet en cours pour mettre en place des bungalows pour les activités telles que Char à voile, Club de voile, Paddle, ainsi que pour la SNSM. La question des stationnements est à l’étude dans le cadre de la révision du PLUI.

Prochaine réunion : Mardi 26 mars 2024 à 10H00